Le vieux village

  • La tour et la sculpture mystérieuse :

A l’entrée du Vieux Village, une tour qui pourrait être le donjon d’un ancien château féodal se dresse sur un énorme bloc de molasse.
Dans la paroi rocheuse, vous remarquerez une étonnante sculpture en ronde-bosse, il s’agit du  "Morvellous" (morveux en français).
Cette sculpture serait vraisemblablement le fait d’un ouvrier carrier du XIVème ou XVème siècle.
La tradition veut y voir « la figure de l’évêque Saint-Véran*, chevauchant le dragon qui terrorisait les provençaux, la crosse en main, la croix sur sa poitrine et deux écussons à ses pieds ».
Cette figure aurait une signification expiatoire :  la légende raconte en effet que celui qui avait commis un délit était attaché à ce lieu.
Les villageois venaient lui jeter des pierres  jusqu’ à ce qu’il en pleure.

* Saint Véran : d’après la tradition, cet évêque pieux aurait vécu au VI ème siècle et aurait délivré le pays de la Couloubre, monstre infernal.


  • L'Eglise des Taillades :

L’église actuelle fut construite entre 1742 et 1760.
En 1760, dans le livre des comptes de la communauté, apparaît le paiement des honoraires au maître maçon Jean-Louis Berthet qui a « reconnu » les travaux de la nouvelle église.
En 1761, les consuls prennent la décision de faire refondre les cloches jugées trop petites. Elles seront baptisées le 21 novembre par le prêtre de l’époque, le curé Taxil. Le nom de sainte Luce est gravé sur la plus grosse,  celui de saint Trophime sur la seconde.
Celles-ci prendront leur place définitive dans le nouveau clocher dont la construction est décidée le 9 décembre 1770. Il se situe au-dessus de la chapelle où se trouvent les fonts baptismaux et est accessible par un escalier extérieur.
Ayant subi les épreuves du temps, l’Eglise fut laissée à l’abandon pendant de longues années.
En 1940 elle fut rénovée en partie par un groupe de Lorrains rapatriés dans le village.
Malgré cela, l’état de l’édifice appelait d’urgentes réparations. C’est en 1982 que la commune entreprit des travaux importants de remise en état pour lui donner son aspect actuel.


  • La Carrière devenu le Théâtre des Carrières :

Ce lieu est chargé d’histoire. Il est le témoin d’un passé où la pierre faisait vivre les Tailladais
(du Moyen Age jusqu’à la fin du XIXème siècle).
Cette carrière faisait peut-être partie de la liste des 12 recensées en 1873 lors d’une demande de construction d’une gare à Bel Air.
On y accède en passant sous un pont en pierre de taille. Son exploitation fut menée de telle sorte qu’elle préservait le chemin d’accès au village, tout en renforçant son système défensif.
Il ne reste aujourd’hui que les parois verticales de ses fronts de taille pour se souvenir …
Cette carrière est devenue le Théâtre des Carrières. Chaque été de nombreux spectacles : concerts de jazz, de musique classique, théâtre, danse … donnent ainsi une nouvelle âme au vieux village.
Quant aux autres carrières, elles sont des lieux de mémoire que l’on peut découvrir au hasard de promenades dans la colline.
Programmationwww.estivales-lestaillades.fr