Le Presbytère et la Chapelle Sainte Luce

Cette chapelle (XIème siècle) est englobée dans un ensemble de bâti comprenant l’ancien presbytère, tous deux devenus propriété privée.

Cette ancienne chapelle est caractérisée par son toit en lauzes et est visible à partir de l’esplanade qui la jouxte.

Selon une pièce d’archive non datée (mais sûrement du XXème siècle) venant d’un registre paroissial, cette chapelle est présentée comme suit : « l’ancienne église de Taillades qui sert aujourd’hui de passage pour aller du presbytère à la sacristie de la nouvelle église était dédiée à Saint Trophime, Evêque d’Arles et Sainte Lucie en fut aussi la patronne…. »

Bien qu’aucune date précise de son édification n’ait été trouvée, cette chapelle dans son aspect architectural indique qu’il s’agit d’un édifice roman,  ayant subi des modifications au fil du temps et remanié au XIVème ou XVème siècle attesté par la forme ogivale de son sanctuaire.

Un document intéressant, écrit en latin, datant de 1597 nous permet de brosser un tableau du village à cette époque. Il s’agit du compte rendu de la visite de l’évêque de Cavaillon dans la paroisse des Taillades et cet évêque rapporte :
« le village des Taillades ressemble tout à fait à un village entouré de sept hautes murailles et le nom sans aucun doute vient du fait que le village est bâti tout près des rochers que l’on a l’habitude de prélever en gros blocs carrés. L’Eglise paroissiale est bâtie intra-muros et elle est dédiée à sainte Luce, vierge et martyre, dont on conserve les reliques et dont on célèbre la fête chaque année. Dans ce village il y a un seul prêtre auquel est confié le soin des âmes qui ne sont pas plus d’une centaine. »

Mais qui était Sainte-Luce ?

Sainte-Luce est la patronne de l’église et saint Trophime le saint protecteur du village. Le 29 octobre, jour de la fête de saint Trophime, il y avait une procession et l’on portait le buste du saint à travers le village.